ATTWA & RDECA RAKETA / MICHAELA GRILL @ FIMAV FESTIVAL Victoriaville, Canada 05/2017

Le FIMAV a bien rempli sa promesse d’une découverte assurée avec «All.The.Terms.We.Are» de Maja Osojnik et son band. À preuve, le public de minuit est demeuré attentif malgré la fatigue de cette journée-marathon à six spectacles. Le coeur du spectacle se retrouvait dans les morceaux à l’inspiration jazz assumée, où l’ambiance sombre et sensuelle des compositions était sublimée par des attaques techniques irréprochables. Difficile de détourner le regard de la violoncelliste Audrey Chen dont la performance vocale – cliquetis, bruits de succion et râles – était renversante de précision. Notons aussi le jeu minutieux et complexe de Lukas König à la batterie. Après avoir vu le projet de Osojnik dans cette formule étendue, avec en plus Manfred Engelmayr à la guitare électrique, Manu Mayer à la basse électrique, Matija Schellander à la contrebasse et au synthétiseur et Christina Bauer à la sonorisation, il est impressionnant de se rappeler que le matériel de base est le fruit du travail en solo de la compositrice. http://chyz.ca/cherie-jarrive/fimav-33-jour-3/

The show at midnight featured Maja Osojnik, the Slovenian-born vocalist, composer, sampler and sextet leader. Wild and off the wall are terms that come to mind in describing All.The.Terms.We.Are – rock, progressive rock, noise, and cabaret fit much of the content. Each segment featured a spoken-word script, often echoed by cellist Audrey Chen, with such lines as “I had a dream that I was dead” and “I became a frozen lake so you could skate on me.” Osojnik eventually screams, “Tell me what the fuck you want me to be!” With all musicians eventually playing with maximum volume and intensity, it sounded like a shout against insanity, only to end in total silence. https://avantmusicnews.com/2017/05/21/amn-reviews-fimav-2017-saturday-night/

La chanteuse et électroacousticienne Maja Osojnik offrait le dernier concert de la journée de samedi avec son sextuor qui incluait deux bassistes, une violoncelliste et chanteuse, un guitariste et un batteur. Le projet All.the.terms.we.are. de Osojnik est un projet de chansons expérimentales qui m’a rappelé par moments une version plus expérimentale de la pop glaciale de Zola Jesus. Les moments où le groupe a mis la pédale dans le tapis avec des sons électroniques plus harsh et une section rythmique bruyante étaient tout simplement exceptionnels. Il faut dire que la voix grave et sensuelle de Osojnik porte très bien les chansons du projet. Avec un peu plus de concerts derrière la cravate, ce groupe pourrait être assez redoutable.

Le concert de 17h du dimanche de Rdeca Raketa ramenait Maja Osojnik sur scène accompagnée de son bassiste Matija Schellander, cette fois à l’ordinateur et au synthé. Se concentrant sur son matériel électronique plutôt que sur son chant, Osojnik a offert une performance époustouflante de musique électroacoustique bruyante mais toute en finesse. Si Schellander semblait davantage trafiquer des bandes, Osojnik était plus occupée par la création live et j’ai été épaté par la chimie du duo qui ont créé une seule longue pièce pleine de virements soudains et de longs développements bien beaux. Espérons que Osojnik reviendra en Amérique du Nord dans les années à venir car ses deux performances au FIMAV laisse entrevoir un énorme talent. https://voir.ca/cherchernoise/2017/05/23/retour-sur-la-33e-edition-du-fimav/